Mise en scène

La grève générale est un événement historique majeur dont l’importance pour la Suisse actuelle est sous-estimée. La vision bourgeoise d’un complot bolchévique, alimentée par les procès conduits par la justice militaire à l’encontre des dirigeants de la grève, a longtemps prévalu après la grève générale. C’est à l’Argovien Willi Gautschi que l’on doit l’étude la plus importante réalisée jusqu’ici sur la crise la plus profonde qu’ait traversée le pays depuis la fondation de l’Etat fédéral en 1848. Dans son ouvrage de référence Der Landesstreik (La grève générale), Gautschi s’efforce de donner une lecture objective des événements qui ont secoué notre pays en 1918. L’historiographie s’est depuis lors régulièrement intéressée à la grève générale (qualifiée aussi de grève nationale) de 1918 en mettant en avant ses protagonistes connus de tous: d’une part le Conseil fédéral et le général en place; et d’autre part le comité d’Olten rassemblant les principaux représentants syndicaux et conduit par le conseiller national bernois et futur conseiller d’Etat Robert Grimm. L’histoire des grévistes eux-mêmes, de la population souffrant de la faim, ou celle des simples soldats envoyés des campagnes, des femmes et des hommes dans les usines, des employeurs, des enfants faisant la queue devant les soupes populaires, des cheminots qui paralysèrent la circulation dans tout le pays, n’a pas encore été écrite. C’est autour d’eux que s’articule la mise en scène.

Cent ans plus tard, des contributions scéniques issues des cantons et des villes de toutes les régions du pays ouvrent une plus large perspective sur la grève générale et sur sa signification pour la Suisse. La mise en scène retrace les évolutions jusqu’à ce jour.

Le travail théâtral s’organise autour d’un grand ensemble intergénérationnel réunissant 180 à 200 actrices et acteurs du canton de Soleure et des communes avoisinantes, avec ou sans expérience du théâtre. Ce sont eux qui – après un travail de préparation minutieusement adapté aux prérequis respectifs – seront le fil conducteur de la soirée théâtrale, l’emmenant d’une scène à l’autre à travers une multitude de petits et grand numéros. Ils se produiront dans de grands tableaux imaginés à partir de recherches historiques étendues à toute la Suisse et dans le canton de Soleure, dans le récit d’histoires enchevêtrées jusque dans les événements se déroulant à l’étranger. Il ne s’agit pas cependant d’une reconstitution, mais d’une réflexion approfondie par la médiation théâtrale sur les événements de l’époque par rapport à la Suisse d’aujourd’hui. Un théâtre où la musique et le chant, le mouvement et la chorégraphie participent tout autant à développer les fils entremêlés de la trame narrative que le texte, les costumes et la lumière. Nous avons la chance de pouvoir compter sur le soutien d’artistes renommés (voir l’équipe) ainsi que sur la formation théâtrale du Basel Sinfonietta.

L’ensemble accueille de plus chaque soir dans ses rangs deux contributions scéniques porteuses d’histoires d’autres cantons et villes de toutes les régions du pays. 15 groupes issus de 13 cantons travaillent déjà à la mise sur pied de cette équipée théâtrale à Olten (voir les cantons invités).

La mise en scène propose ainsi 100 ans après un regard élargi sur la grève générale et son retentissement à l’échelle de la Suisse.